FAQ : Le PVT Japon en 10 questions

PVT Japon

Nous avons réuni les questions que vous nous posez le plus souvent à propos du PVT au Japon afin d’en faire un article condensé : voici la FAQ du PVT au Japon, en dix questions !

Bien évidemment, nos réponses n’engagent que nous et ne sont que le fruit de notre propre expérience. N’hésitez pas à nous poser des questions, nous écrire si vous avez des interrogations plus ciblées, ou même apporter plus d’informations en commentaires 🙂

1. Qu’est-ce que le PVT Japon et comment l’obtenir ?

Qu'es-ce que le PVT Japon ?
Un soir à Arashiyama, Kyoto.

PVT signifie Programme Vacances Travail. Au Japon, ce visa s’obtient avant 30 ans. Il permet de résider au Japon pendant une année au maximum, tout en ayant la possibilité de travailler pour son voyage. Voici les informations clés à retenir :

  • Le PVT Japon n’est valable qu’une seule fois. Contrairement au PVT Canada par exemple, il y a assez de place pour tout le monde.
  • Il faut être en possession d’au moins 3100 € sur son compte bancaire (billets d’avion en poche), ou 4500 €  (sans billets d’avion).
  • Vous pouvez l’obtenir et partir sous une année à compter de la date d’obtention.
  • Il faut remplir un dossier PVT
  • Le dossier PVT doit être validé soit par l’Ambassade du Japon à Paris, soit par les consulats, en fonction de votre emplacement. Ce dossier peut être refusé, mais vous pouvez le refaire à volonté jusqu’à l’acceptation.

Pour aller plus loin : comment bien préparer son dossier PVT ?

2. PVT Japon : quels billets d’avion choisir ?

Il faudra compter environ 600 euros pour vous envoler vers le Japon, en fonction de la compagnie, du trajet et de la classe. Nous avions eu un tarif à 650 euros par personne, comprenant le retour modifiable gratuitement (une seule fois), via l’agence Japan Travel Centre.

Le "Pokémon Jet" de la compagnie japonaise ANA
Le Pokémon Jet de la compagnie japonaise ANA

Pour prendre des billets d’avion pour le Japon, vous avez deux possibilités :

  • Prendre un aller simple (600 € l’aller minimum)
  • Prendre un aller-retour (650 € environ en tout). Spoiler Alert : c’est la bonne solution si vous ne souhaitez pas vider votre portefeuille en un seul coup !

Important : Les compagnies aériennes ne proposent pas de réserver un retour plus d’un an en avance à compter de la date d’achat de votre billet. Hein ?  Voici un exemple concret :

Vous décidez d’acheter un billet aller-retour le 1er janvier 2019 et vous sélectionnez un billet pour l’aller avec un décollage prévu le 30 avril 2019. Il vous sera tout simplement impossible de choisir une date de retour ultérieure au 31 décembre 2019 ! Vous pourrez néanmoins faire changer votre billet retour en cours d’année. Vous aurez ainsi la possibilité de le décaler au 30 avril 2020, par exemple. Et pour éviter de payer ce changement, il faudra bien vérifier si l’agence vous offre, ou non, la modification de ce fameux billet retour !

Tout ça c’est franchement très intéressant, mais du coup, c’est quoi la meilleure solution pour prendre mes billets d’avion pour le Japon ?

  • Passer par une compagnie aérienne en prenant un retour flexible (modifiable). Attention, les compagnies font payer cette modification : comptez 150 à 200 euros, en fonction.
  • Passer une agence de voyages. Celles-ci proposent généralement des tarifs plus avantageux que les compagnes classiques, tout en « offrant » une modification unique du billet retour. C’est à notre avis la meilleure solution !

Comme expliqué plus haut, nous étions passés par l’agence Japan Travel Centre. Nous avions choisi un aller-retour à 650 euros par personne, assurés par la compagnie Finnair (c’était très bien, au passage). Les deux vols comprenaient une escale à Helsinki de 2 heures environ, pour un total de 14 heures. Le retour était modifiable en une seule fois et gratuitement, effectué par e-mail en quelques minutes.

3. Que faire avec les assurances privées et la sécurité sociale japonaise ?

Sachez qu’il est tout à fait possible de combiner assurance privée et sécurité sociale japonaise, mais nous vous recommandons de choisir l’une ou l’autre, au minimum. Ne partez pas sans rien, cela vous évitera de grosses dépenses en cas de pépin (et beaucoup de stress) ! En l’occurence nous avions fait le choix de ne partir qu’avec une assurance privée.

Concernant les assurances privées en PVT :

  • Nous vous recommandons fortement d’en prendre une avant le départ ^_^’
  • Comptez environ 400 euros l’année
  • Elles ne couvrent pas les maladies chroniques (asthme par exemple)
  • Elles couvrent d’autres choses, comme la perte de valise(s), la responsabilité civile, le rapatriement,…
  • Des dizaines de comparatifs existent sur internet, à vous de voir celle qui vous convient 😉

Concernant la sécurité sociale japonaise :

  • Nous ne vous la recommandons pas nécessairement
  • Elle coûte 10 € par mois environ
  • La sécurité sociale japonaise n’est pas obligatoire, contrairement à ce qu’en disent les légendes urbaines des internets
  • Il est possible d’y adhérer directement à la mairie de votre quartier, après avoir fait votre carte résident (voir le point numéro 4 de cet article). Sachez qu’elle vous sera forcément proposée, à vous de l’accepter ou non.
  • Vous pouvez régler mensuellement dans les Convenience Store, une fois la facture reçue dans votre boite aux lettres (c’est pourquoi il est important d’avoir votre adresse actuelle au dos de votre carte résident)
  • Elle couvre 70 % des frais, le reste demeurant à votre charge, sachant que les prix des consultations et actes médicaux sont plus élevés qu’en France.

Pour aller plus loin : Que faire si je tombe malade au Japon ?

4. Comment faire ma carte résident en arrivant ?

La carte résident japonaise s’obtient à l’aéroport, directement à l’arrivée sur le sol nippon et au moment de passer par les douanes. Si des agents vous ordonnent de vous placer sur le côté pendant une petite demi-heure après vos 14 heures de vol et sans aucunes explications, pas d’inquiétude : les agents sont probablement en train de vous confectionner cette fameuse carte (on parle d’expérience ^_^ !)

Carte résident Japon
Carte résident Japon

Vous sortez à peine de l’aéroport, carte résident, café et bagages en main. Vous n’avez pas dormi, vous ne savez plus trop ce qu’il se passe mais vous êtes surexcité(e) à l’idée d’être enfin arrivé(e) au Japon. Sans vouloir casser l’ambiance, il faudra tout de même prévoir un tout petit ajustement administratif, sous 14 jours :

  • Il faudra obligatoirement vous rendre à la mairie de votre ville / arrondissement sous 14 jours après votre arrivée sur le territoire pour faire inscrire votre adresse au dos de la carte résident.
  • Il faudra aussi faire changer votre adresse à chaque fois que vous déménagez. C’est un processus légèrement pénible vu qu’il faut récupérer un document à la mairie de votre quartier, le remplir puis le donner à la mairie de votre prochain emplacement. C’est essentiel pour la sécurité sociale surtout, pas vraiment pour le reste. Pour info, nous ne l’avons jamais fait ¯\_(ツ)_/¯¯ 

Voir aussi : comment faire sa carte résident ?

5. PVT Japon : avec quel budget partir et combien coûte la vie sur place ?

Vivre au Japon revient à peu près à vivre dans une grande ville en France en termes de budget, même si certaines dépenses peuvent varier.

Voici quelques moyennes et exemples de budget global à prévoir, sachant que c’est une moyenne plutôt basse et que tout dépendra bien évidemment de vous (vos sorties, visites, train de vie…).

Le budget global :

  • Prévoyez au moins 7000 € si vous ne comptez pas (ou peu) travailler sur place et rester environ 8-10 mois en fonction de la ville où vous allez.
  • Comptez minimum 1000 € de dépenses par mois si vous vivez à Tokyo
  • Comptez environ 700 € de dépenses par mois si vous comptez vivre dans les autres grandes villes (Kyoto, Osaka,…) voir moins pour des villes plus éloignées comme Fukuoka ou si vous comptez vivre en campagne. Ces frais dépendent de beaucoup de choses, notamment le coût de votre logement.

Les transports :

Les transports au Japon (publicité Get Back Tohoku, JR East)
Les transports au Japon (publicité Get Back Tohoku, JR East)

Les transports coûtent cher au Japon… mais ils sont toujours à l’heure et desservent une très grande partie du territoire. Voici les détails importants :

  • En PVT, vous n’aurez pas droit au Japan Rail Pass 🙁
  • Au Japon, le métro n’a pas de ticket à tarif unique comme en France
  • À Tokyo, prévoyez environ ¥ 200 (1,60 €) le trajet en métro (très approximativement, tout dépend des trajets)
  • À Kyoto, le bus coûte ¥ 230 par trajet (1,70 €)
  • Si vous vivez à Tokyo, et que vous effectuez 1 aller-retour par jour 5 jours par semaine, prévoyez donc au minimum ¥ 8000 par mois (70 € environ)

Quelques prix de produits classiques, au Japon :

Sarutahiko Café, Shinjuku (Good Coffee)
Sarutahiko Café, Shinjuku (Good Coffee)
  • Un café coûte généralement ¥ 450 (3,50 €) mais trouvable entre ¥ 200 et ¥ 550 (1,60 € à 4,50 € environ)
  • Une bière dans un bar coûte entre ¥ 600 et ¥ 1100 (5 € à 9 € environ)
  • Un menu au McDo coûte environ ¥ 600 (4,60 € environ)
  • Un ramen coûte entre ¥ 700 et ¥ 1100 (6 € à 9 € environ)
  • Un paquet de cigarette coûte environ ¥ 500 (3,80 € environ)
  • Le riz coûte cher, il faut compter environ 10 € le kilo et il ne s’achète que par gros paquets de plus d’1kg (généralement 2-5kg)
  • Les paquets de pâtes coûtent environ ¥ 300 (2,30 €)
  • Les vêtements coûtent globalement moins chers, mais c’est surtout qu’il existe énormément de friperies au Japon avec des tarifs dérisoires !
  • Comptez minimum 50 € la journée pour louer une voiture
  • Le forfait téléphonique avec numéro japonais vous coûtera entre 10 € et 15 € par mois (on en parle plus précisément ici !)

Où, comment faire ses courses et combien ça coûte ?

  • Dans les grandes chaînes : Aeon, Life, Maruetsu, Fresco, Gourmet City, Seijo Ishii
  • En konbini quand on n’a pas le temps, mais c’est plus cher qu’en grande surface
  • Les fruits et légumes sont plus coûteux qu’en France ; les viandes et poissons sont moins chers
  • Dans les supermarchés et Convenience Store, profiter des promotions à partir de 19 heures, car les produits frais sont bradés pour éviter le gaspillage
  • Les doses sont moins importantes qu’en France

6. PVT Japon : comment se loger ?

Enoshima
Les rues d’Enoshima

Même s’il existe des appartements en location du même type qu’en France, nous n’en parlerons pas ici car c’est tout autant complexe à louer et pas adapté à un PVT. Il existe néanmoins au Japon des agences avec des conditions de location bien plus souples qu’en France qui proposent des solutions très simples pour se loger à court et moyen terme (moins d’un an mais plus d’un mois) en PVT ! Sachez aussi que les colocations sont très, très rares au Japon et qu’il n’existe pas de programme au pair classique.

Pour se loger, plusieurs solutions :

  • Prendre une sharehouse (Oakhouse, Bamboo House, Sakura House pour les plus connues, Fontana, etc), c’est-à-dire une chambre privée au sein d’une sorte d’immeuble avec cuisine, SdB en commun.
  • Prendre un appartement (Oakhouse, Bamboo House et Fontana à Tokyo, Kyoto Apartments à Kyoto, etc)
  • Faire du woofing (comme avec wwoofjapan qui vous permettra de faire des missions sur le sol nippon et dont l’inscription coûte 45€ ou encore WorkAway et HelpX)

L’accès au logement au Japon est ainsi beaucoup plus simple et accessible qu’en France :  toutes ces agences citées ne vous demanderont ni d’être en CDI, ni de gagner 3000€ par mois pour un 25 mètres carrés, ni garants, ni dossier de 70 pages, etc. Ici pas de concurrence non plus entre prétendants à un logement, d’expérience pour nous c’était plutôt l’inverse, avec des agences et un service aux petits oignons ! Nous parlons bien évidemment de petits logements meublés, dont le loyer est alors un peu plus cher qu’un appartement en bail classique.

Avec ces agences vous n’avez donc pas besoin d’apporter des garanties lors de votre demande de logement : c’est un peu comme avec Booking, ou AirBnB, même s’il faudra respecter un délai de préavis (en général un mois, parfois moins), payer une petite caution, etc.

Budget du logement approximatif au Japon :

  • Comptez entre ¥40 000 et ¥80 000 (310-620€) par mois pour une chambre en share house
  • Comptez environ ¥80 000-100 000 par mois pour un appartement, même si ça peut être moins ou plus
  • Vous pouvez réserver un appartement ou une share house avant de partir, moyennant souvent environ ¥20 000 (150€ environ). Cela dépend des agences, bien sûr.
  • Le paiement du loyer (et des charges parfois) s’effectue souvent en liquide, mais vous pouvez aussi faire un virement bancaire (cependant coûteux)

Quelques conditions si vous partez à deux ou plus :

  • Certaines share houses n’acceptent pas les couples
  • Si vous partez en couple ou à deux, stipulez-le dans la partie logement sur le dossier PVT, divisez le loyer en deux, et mettez-le en Yens
  • En couple ou à deux il faudra souvent payer un peu plus (environ ¥10 000 de plus par mois, ça dépend des agences)

Vous pouvez retrouver notre article complet sur comment se loger à Tokyo ici !

7. PVT Japon : l’accès à l’emploi est-il facile et comment trouver un travail ?

Le PVT au Japon vous permet de travailler (selon l’ambassade, jusqu’à 24 heures par semaine). On sait bien que c’est LA plus grosse question que vous nous posez et on vous détaille tout ici !

PVT Japon, trouver du travail
PVT Japon, trouver du travail et accès à l’emploi
  • Obtenir un petit job (dit baito) est possible et plutôt facile au Japon : sur votre dossier PVT, ne mettez par contre pas que vous comptez travailler plus de 24h par semaine, car c’est le maximum autorisé (même si travailler à temps plein est possible sur place…)
  • Envisagez un salaire horaire de ¥1000 environ (7,50€) pour un baito classique, et entre ¥2000-3000 (19€) de l’heure pour des cours de langue
  • Obtenir un emploi avec contrat de travail est plus compliqué car ils ne seront bien souvent pas accessibles aux PVTistes : ce sera stipulé sur l’annonce : No Working Holiday VISA / No WHV). Certains de ces emplois demanderont de toute façon un passage du Visa PVT au Visa de travail et ne sont pas autorisés par l’ambassade (ne le mettez pas dans votre dossier PVT)
  • Pour obtenir un baito facilement, nous vous conseillons tout de même de maitriser un peu le japonais. Mais certains jobs demandent seulement la maitrise du français et/ou de l’anglais
  • Pour la plupart des emplois, la maîtrise du japonais sera très souvent demandée, JLPT à l’appui
  • Si vous êtes bilingue en anglais, il sera très simple de trouver un baito

En PVT au Japon, plusieurs types d’emplois sont possibles, autorisés et ne nécessiteront pas forcément un important niveau de japonais :

  • Professeur de français, d’espagnol et surtout d’anglais (ou d’autres langues bien sûr, mais bien plus rare)
  • Restauration (plonge et parfois service) en restaurant ou cafés
  • Cafés de conversation (LeafCup et MickeyHouse à Tokyo surtout)
  • Distribution de tracts
  • Au pair
  • Baby-sitting
  • Hôtellerie
  • Mannequinat
  • Traduction
  • Emballage de produits en usine
  • Tests cliniques rémunérés (oui oui, ça existe…)

Quelques emplois trouvables en PVT mais qui nécessitent un  bon niveau de japonais :

  • Guide touristique
  • Commercial ou caissier en magasin ou en konbini

Des emplois qui ne sont pas autorisés par l’ambassade, mais qui existent quand même :

  • Serveur / hôte / videur, serveuse / hôtesse / videuse  en bar et en boite de nuit

Quelques sources pour trouver des emplois :

  • GaijinPot
  • JobBoard (très bien et avec beaucoup d’offres)
  • Ambassade au Japon
  • Craiglist (beaucoup d’emplois mais ATTENTION, beaucoup d’arnaques, vérifiez bien les sources, les entreprises, etc)
  • JobsInJapan
  • TokyoNoticeBoard (en japonais)
  • LinkedIn / Monster / Indeed
  • Courrier International
  • CiviWeb (mission en entreprise française depuis l’étranger, très bien réputé)
  • TownWork (version papier récupérable en konbini) / HelloWork
  • Région Job
  • Freelance France Japon
  • TalentHub / JapanDesign / FindJob (pour les métiers dans l’IT)
  • Groupes Facebook (BONJOUR Tokyo,…)

Quelques sources pour les emplois dans l’enseignement :

  • mysensei.com
  • hellosensei.com
  • 121sensei
  • JapanEnglishTeacher

8. PVT Japon : dois-je ouvrir un compte bancaire et comment ne pas avoir de frais bancaires ?

Voici les meilleurs conseils à retenir avant le départ en PVT pour le Japon :

  • À moins qu’un employeur vous le demande spécifiquement, il n’est pas nécessaire d’ouvrir un compte bancaire japonais en PVT au Japon. Si vous y êtes obligés, la meilleure banque en termes de rapport qualité prix reste la Shinsei.
  • Selon nous, la meilleure solution est de demander avant le départ à souscrire à option internationale à votre conseiller bancaire. Cette dernière coûte entre 5€ et 15€ par mois en fonction des banques et vous permettra de retirer de l’argent et de payer en carte bancaire sans aucun frais au Japon. Le taux de change sera cependant toujours variable selon les cours mondiaux.
  • Pour les virements entre deux devises (d’euros à yens ou le contraire) il existe des options internationales aussi, mais souvent peu avantageuses (un virement gratuit, les autres payants…). Du coup nous vous conseillons plutôt de passer par des sites de paiements internationaux qui, pour la plupart, appliquent des taux bien moins coûteux que ceux des banques ou de PayPal (environ 2,5%).

9. PVT Japon : faut-il parler japonais ?

Selon notre propre expérience, nous conseillons fortement à ceux qui souhaitent tenter le PVT au Japon de maîtriser un minimum le japonais avant le départ : il est bien plus agréable de partir avec quelques bases ^_^. Ce n’est vraiment pas un aspect à négliger si vous comptez tenter le PVT…

En effet, il faut vraiment savoir qu’au Japon très peu de personnes parlent anglais (vraiment très peu, ce n’est pas une légende) et même s’ils connaissent un peu la langue, ils n’oseront pas forcément s’y risquer, à moins d’être à l’aise avec vous.

Quelques conseils :

  • Un bon début serait de prendre des cours avant le départ : maîtriser les katakana, hiragana et quelques kanjis (accessible), les bases grammaticales et travailler idéalement l’oral (avec un enseignant japonais ?)
  • Il est tout à fait possible d’apprendre le japonais seul(e) ! Avec beaucoup de patience et de temps, comme beaucoup de langues 🙂 Nous recommandons d’ailleurs Rosalys sur YouTube qui donne des petits cours très kawaii mais intéressants.
  • Des cours sont trouvables au Japon : faites un tour sur les groupes Facebook (Bonjour Tokyo, Français au Japon…) et n’hésitez pas à demander. Vous pourrez aussi en trouver sur Craiglist, ou Superprof JP, par exemple.

10. PVT Japon : quel quartier de Tokyo choisir pour vivre ? Quelle ville choisir pour habiter ?

C’est une question qu’on nous a souvent posée et pour laquelle on a le plus de mal à répondre ! 🙂

Tokyo, Shibuya Crossing, Chroniques Japonaises
Tokyo, Shibuya Crossing

Choisir un quartier où vivre à Tokyo, quelques conseils :

  • L’arrondissement de Shibuya-ku (Meguro, Ebisu, Shibuya…), pour son côté très central
  • Les environs d’Ikebukuro, moins cher et proche de la communauté d’expatriés (nous pensons au bar SpeakEasy ou le Bonjour Tokyo Bar qui peuvent aider à faire des rencontres !)
  • Pensez à un détail : le métro tokyoïte coûte cher. Et plus on est éloigné du centre, et plus il faudra payer en transport… N’hésitez donc pas à prendre un appartement parfois plus central et plus cher, vous économiserez très certainement sur les transports.
  • De fait, essayez de trouver un logement proche de la ligne Yamanote, pour pouvoir vous déplacer plus aisément dans la ville !

Choisir une ville en PVT au Japon

Cela va vraiment dépendre de vos goûts personnels. Tokyo pour l’aspect métropole gargantuesque, le travail, l’animation, la culture. Attention aux prix, plus élevés qu’ailleurs (c’est une capitale avant tout). Osaka pour le côté plus « sudiste », très animé et plus décontracté. Kyoto pour le calme et l’accès rapide à la nature, au japon traditionnel et historique, Fukuoka pour les mêmes raisons que Kyoto, avec un peu plus de dynamisme et un accès plus simple au travail. Okinawa si vous aimez la plage et Sapporo si vous aimez la neige 🙂 ! Bref, vous l’aurez compris : il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Pensez aux différences entre Marseille et Paris, Lyon et Grenoble ou Bordeaux et Rennes. Au Japon, c’est la même chose : le train et la qualité de vie diffère d’une ville à l’autre. D’où ce dernier conseil : si vous ne connaissez pas le Japon, prévoyez de préférence un premier voyage (en séjour linguistique ou en tourisme) avant de partir en PVT, histoire de vous faire une idée du pays, de la culture, de la langue, etc. Nos idéaux ont parfois la peau dure et c’est tout simplement le meilleur moyen pour s’apercevoir si ce pays si singulier vous convient véritablement. Croyez-nous, ça aide, vraiment !

Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous écrire. On se fera un plaisir d’y répondre, comme toujours. Merci pour votre temps de lecture, et bon courage pour l’organisation !

Image mise en avant

12 Replies to “FAQ : Le PVT Japon en 10 questions

  1. Pas d’accord sur tout notamment a propos du japonais, mais de très bonnes informations, notamment sur les prix qui sont plutôt justes.

    Après, on peut toujours trouver 500g de pâtes a 108¥ dans un 100¥ shop. Mais en règle générale les prix affichés ici sont plutôt représentatifs de ce qui se fait au Japon.

    Perso, j’habite à 30 bornes de Shinjuku. J’ai décidé de m’excentrer parce que la chambre était vraiment pas chère (38000¥) et que même en payant 15000¥/mois pour aller a Shinjuku ça revenait moins cher. Et puis, il y a les montagnes, ce n’est pas négligeable. Voir le mont Fuji tous les matins c’est du luxe.

    Enfin bref, une chose importante : N’HÉSITEZ PAS POPO ALLER EN PVT AU JAPON ! Vous aimerez ou pas, mais vous ne serez pas insensible.

  2. Bonjour, j’ai une question sont je n’ai pas trouvé de réponse. Pendant le Pvt pouvons nous rentrer en France pour 1 ou 2 semaines et revenir au Japon? Si oui, quel est le processus? Dois je rendre dans un Bureau particulier avant?

    Cordialement

    1. Bonjour,

      Oui c’est tout à fait possible et très simple, il faut juste absolument penser à remplir un papier essentiel lors du départ vers la France, à l’aéroport : le « re-entry permit ». Ce formulaire en deux parties (une partie « départ » et une « arrivée ») se remplit au niveau du passage de présentation des passeports. Pour être sûr d’obtenir ce papier, dites bien au douanier que vous ne partez pas définitivement du Japon et comptez revenir. Ce papier porte la mention « embarkation card for reentrant ». Il sera ensuite agraphé dans votre passeport. De retour au Japon, vous pouvez en plus emprunter les mêmes files que les Japonais, étant un vrai « résident »!

      Bon PVT ! 🙂

  3. Bonjour
    Partant en pvt l’année prochaine j’aurais 2 3 questions. Peut on prendre un forfait de téléphone sans avoir de Banque car je ne pense pas ouvrir de compte en Banque directement et aussi j’aimerais savoir si avec une carte gold (me permettant d’être assuré ) il est quand même recommander de prendre une autre assurance.

    1. Bonjour Benjamin,

      bravo pour ton PVT ! Pour tes questions : oui, c’est tout à fait possible de prendre un forfait sans compte en banque japonais (nous payions notre forfait tous les mois par carte bancaire). Je t’invite à consulter cet article pour plus de détails : http://chroniquesjaponaises.com/comment-obtenir-un-numero-de-telephone-ou-forfait-au-japon

      Pour l’assurance de la carte Gold, je te conseille de te renseigner auprès de ta banque, mais je crois que côté médical, cela ne couvre que les choses type accident. Si tu es malade, par exemple une grippe ou plus grave, pas sûr que cela soit pris en charge. Sinon il y a toujours la Sécu japonaise, à laquelle les PVtistes ont droit, pour environ 10€ par mois 🙂
      Bonne continuation à toi !

  4. Bonjour !

    Merci pour cet incroyable article, vraiment.
    Je suis arrivé au Japon en PVT hier.

    La séparation avec mes parents (j’ai toujours vécu avec eux et j’ai 27 ans) a été plus difficile que je ne le pensais.
    Je n’ai pas un niveau 0 en japonais mais il est très faible.

    Lire cet article m’a fait beaucoup de bien, j’espère pouvoir l’utiliser à bon escient.

    Je ne suis pas encore passé à la mairie pour l’adresse derrière ma resident card mais c’est parce que je n’ai pas encore décidé d’un logement fixe, je suis chez un ami à moi temporairement.

    J’espère que je n’aurai pas trop de problèmes à ce niveau…

    Cordialement,

    Cyril

    1. Hello Cyril, merci pour ton retour et ravi d’avoir pu t’aider 🙂

      Rassure-toi, à l’arrivée sur le sol nippon en PVT tu as 90 jours pour trouver un logement fixe et mettre l’adresse sur la resident card. Et vu que tu as un ami chez qui loger temporairement au Japon l’administration ne devrait pas t’embêter avec ça d’ici là en plus.

      Après, si c’est le fait de trouver un logement qui t’ennuies, on pourra toujours essayer de te guider (ça dépend où tu vis, on ne connaît que Tokyo et Kyoto). J’imagine que tu as déjà regardé mais si non, les share-house c’est un bon moyen de s’installer rapidement et pour pas trop cher 🙂

      N’hésite pas à nous contacter si tu as besoin ^^ !

      Aymeric

  5. Je viens d’arriver en PVT au Japon aujourd’hui et je dois avouer que cette page est assez complète. Elle me rassure notamment sur la recherche du travail car je dois avoir un petit niveau N5 et j’espère que ce sera suffisant pour commencer. En tout cas merci pour cette compilation d’information.

Laisser un commentaire ?